par | Oct 1, 2017

Le Louvre en campagne pour acquérir le livre de prières de François 1er.

Le musée du Louvre compte une nouvelle fois sur l’opération Tous mécènes pour obtenir un objet d’art. Tous Mécènes, c’est la plateforme de financement participatif du musée du Louvre. Relié d’or et serti de turquoises et de rubis, le livre de prières de François Ier est passé dans les mains du roi de France il y a plus de 500 ans.

Aujourd’hui, ce joyau d’orfèvrerie et d’enluminure est exposé au Louvre, mais ne leur appartient pas. Il appartient à un anglais qui a fixé son prix à 10 millions d’euros.
Or, la somme demandée représente pas moins du double du budget annuel d’acquisition du Louvre qui est de 5,2 millions d’euros. Le groupe LVMH, fournira la moitié de la somme demandée par le propriétaire.

Néanmoins, pour finaliser l’acquisition, le Louvre compte sur l’opération “Tous mécènes”.

L’objectif de cette dernière étant de récolter un maximum de dons venant des français. Sur son site l’opération annonce déjà que plus de 2 000 donateurs pour un objectif d’ 1 million d’euros, a bouclé avant le 18 février 2018, le reste sera financé par d’autres partenaires du musée.

On y retrouve toutes les caractéristiques d’une campagne de crowdfunding. Une vidéo explicative de la campagne, l’oeuvre expliquée, un historique des propriétaires du livre…

C’est déjà la 7ème campagne du musée pour financer ses oeuvres.

La première, c’était en 2010 alors qu’il lui manquait un million d’euros pour acquérir un tableau marquant de la Renaissance, « les Trois Grâces » de Lucas Granack : objectif qu’il a atteint en moins d’un mois grâce à 7.000 donateurs.
Selon  la coordinatrice générale de FinanceParticipative France « recourir aux crowdfunding se révèle particulièrement rentable à long terme puisqu’il permet moderniser son image, de fidéliser ses donateurs et donc d’élargir son public: « Il faut partir du principe qu’un donateur se rendra le plus souvent au musée pour admirer l’oeuvre dont il a été mécène »

Il y a d’autres musées qui ont également mené des campagnes. Le musée d’Histoire naturelle de Lille a choisi de lancer sa campagne à coup de hashtag, #Adopteunanimal. Le but était de restaurer sa Grande Verrerie, fermée au public.Le muséum d’histoire naturelle de Toulouse a manifesté le même désir en baptisant son opération #TouspourTwiga en septembre 2015, alors qu’il lui manquait 15.000 euros pour naturaliser sa girafe africaine dénommée Twiga.

Rédigé par Romain Cestari

Facebook

Facebook Pagelike Widget
Share This